Santé

Faut-il stimuler le cerveau droit et gauche de son enfant ?

écrit par Claudine Charpin

La rentrée scolaire, c’est le retour à l’Apprentissage traditionnel en classe avec un A majuscule (c’est le monde du cerveau gauche des mathématiques, de la langue et des énigmes). Mais nous savons que les trucs du cerveau droit comme la musique et l’art ont aussi de la valeur. Pour les parents, cela peut représenter beaucoup de pression pour que l’emploi du temps de nos enfants soit rempli d’un bon mélange d’activités. Mais selon un expert, nous pouvons laisser passer cette pression.

Chez les enfants, ça se fait tout seul

Bien que l’idée d’équilibrer l’apprentissage du cerveau droit et du cerveau gauche soit bien intentionnée, elle est exagérée, dit une  psychologue cognitive et mère de trois enfants. « Pour les enfants, utiliser leur cerveau droit signifie utiliser leur cerveau gauche et droit. Il y a peu d’activités qui ne feraient travailler qu’un seul côté du cerveau », explique-t-elle. « Pensez-y comme à un match de tennis », dit-elle. « Si vous servez de la main droite, vous faites surtout de l’activité du côté droit. S’il y a un problème avec votre bras droit, ça va vous faire mal au service. Mais vous ne pouvez pas lancer la balle pour servir en premier lieu sans utiliser votre côté gauche. Il s’agit d’une circonstance qui touche tout le corps, tout comme les activités qui se déroulent dans le cerveau de votre enfant ». 

Des recherches publiées en 2011 confirment également sa position : l’idée que les gens ont un cerveau de droite ou de gauche a été démystifiée par la science. Plutôt que de considérer les activités comme des activités intellectuelles, une meilleure façon pour les parents d’élever des enfants équilibrés est de s’assurer qu’ils ont l’occasion de résoudre leurs problèmes par eux-mêmes. Ils peuvent être logiques ou créatifs dans ce processus et parfois les deux.

Quelques exemples de cas

La première chose que les parents doivent faire est de ne pas se demander s’ils donnent à leur enfant l’élixir parfait de l’activité du cerveau gauche et du cerveau droit. « L’esprit humain peut créer une circonstance créative à partir de quelque chose qui peut sembler analytique à quelqu’un d’autre », dit la psychologue. « Prenons l’exemple de sa fille Olivia. Celle-ci était une enfant-artiste, cousant des vêtements à partir de rien alors que sa mère utilisait des patrons. Pour sa fille, la couture était une activité créative. Pour sa mère, c’était logique car elle suivait une séquence. A l’âge adulte, Olivia est ingénieure en mécanique, puisant à la fois dans son côté créatif et logique ». 

Un autre exemple est le codage, une activité apparemment logique. Mais les experts sont en train de développer des programmes pour que les enfants apprennent à coder avec des fonctions ouvertes. Ces fonctions suscitent la même pensée créative que, par exemple, écrire un poème ou écouter de la musique. 

Ou, considérez un jeu simple comme la marelle ! Un enfant peut utiliser la logique pour trouver comment avancer à travers les carrés, tandis qu’un autre peut adopter une approche plus créative, comme sauter à reculons sur un pied. 

Deux enfants peuvent aussi voir différemment une heure de dessin ; l’un d’eux préfère peut-être tracer un contour tandis qu’un autre construit une histoire autour d’un rêve éveillé. 

La psychologue met en garde contre les parents qui en font trop pour « créer leurs enfants ». La clé est de permettre à chaque enfant de faire l’expérience des activités comme il le peut, sans instructions détaillées, et d’incorporer des activités physiques en plus des activités tranquilles. 

« Si vous cherchez à élever un enfant équilibré, recherchez des activités que vous aimez faire ensemble et qu’ils aiment aussi faire seuls », dit-elle. Pensez à l’équilibre entre le scénario que l’enfant doit suivre et le jeu libre quelque part où il y a une réponse à une question et où il y a une capacité à rêver. 

A propos

Claudine Charpin

Publier un commentaire